Comment interpréter un test avec un résultat « anticorps anti-HBc isolés » (c’est à dire découverte d’IgG anti-HBc isolés en présence d’un HBsAg négatif et d’anti-HBs négatifs)?

Auteur: Dr. Beat Helbling

Dernière mise à jour: 10 / 2007

Réponse:

Un résultat positif à un test d’IgG anti-HBc isolés est nommé « anticorps anti-HBc isolés » et signifie que le test est positif aux anti-HBc présents en même temps qu’un HBsAg négatif et que des anti-HBs négatifs (sans recherche complémentaire d’anti-HBe, de l’HBeAg et de l’ADN du HBV).

La découverte des « anticorps anti-HBc isolés » est fréquente chez les populations saines et à risque comme les toxicomanes. Au cours d’une évolution sans complication et autolimitée de l’infection par le HBV, les « anticorps anti-HBc isolés » sont en général dépistés après la disparition de l’HBsAg et avant l’émergence de l’anti-HBs. Cette «fenêtre sérologique» dure généralement quelques semaines. Cependant, la majorité des personnes positives aux « anticorps anti-HBc isolés » le seront encore pendant plusieurs années voire plusieurs dizaines d'années.

Les « anticorps anti-HBc isolés » se produisent également dans les cas d’infection à HBV anciennes, en particulier quand les anti-HBs disparaissent.

Nombreux sont les cas où les « anticorps anti-HBc isolés » ne sont ni le témoin d’une fenêtre sérologique (phase précoce de guérison d’une infection à HBV autolimitée) ni le témoin d’une immunité tardive. Dans ces cas, le résultat est interprété comme une possible infection à HBV chronique à «faible taux» ou comme une infection atypique avec des mutants HBV encore mal définis.

Seule une petite proportion des individus (1 à 3%) porteurs de « anticorps anti-HBc isolés » a un ADN du HBV circulant. Cependant, le pourcentage de toxicomanes par voie intraveineuse ou de co-infectés par HCV avec un ADN du HBV est de 30 à 40%, et chez les patients co-infectés par HIV il atteint les 70 à 80%. Une hypothèse non validée est que certaines co-infections virales spécifiques limiteraient l’expression de l’HBsAg.

Relativement peu d’études histologiques sont disponibles. En général, l’histologie hépatique des personnes avec des « anticorps anti-HBc isolés », sans effectuer d’autres tests de l’ADN du HBV circulant, montre, dans la plupart des cas, une inflammation du foie discrète et non spécifique qui ne présente pas d’autres symptômes d’une hépatite.

Il existe quelques études sur l’infectiosité des personnes avec « anticorps anti-HBc isolés » avec ou sans ADN du HBV circulant. Des cas de transmission de l’infection chez le nouveau-né par voie materno-fœtale et chez les donneurs sanguins ou d’organes ont été signalés, leur prévalence n’étant cependant pas connue.

Par conséquent la présence de « anticorps anti-HBc isolés » ne peut être clairement interprété en termes de pronostic ou d’infectiosité du patient. Les patients sont toujours considérés comme étant “potentiellement infectieux”. Cette incertitude conduit les pays à adopter des stratégies différentes face aux « anticorps anti-HBc isolés ». Dans le cas du don de sang, de nombreux pays y compris les Etats-Unis, testent les dons du sang aux anti-HBc, et le sang des donneurs testés positifs est écarté. Dans d’autres pays tels que la Suisse, les banques de sang ne réalisent pas ces analyses. La question de savoir comment traiter les individus avec « anticorps anti-HBc isolés » est également controversée en particulier chez ceux testés positifs à l’ADN du HBV circulant. La plupart des experts ne recommandent pas de traitement car la majorité des cas présentent un taux d’enzymes hépatiques normal.

Les individus porteurs de « anticorps anti-HBc isolés » étant considérés comme potentiellement infectieux, il est nécessaire de prendre des précautions standards contre l’infection. Les partenaires sexuels des individus positifs aux « anticorps anti-HBc isolés » doivent se faire vacciner, et ceux qui ont des partenaires multiples ne doivent pas avoir de rapports sexuels non protégés. Il est recommandé que les nouveau-nés de mères positives aux « anticorps anti-HBc isolés » soient vaccinés.

Bibliographie:

Grob P, Jilg W et al. Serological Pattern "Anti-HBc Alone": Report on a Workshop. Journal of Medical Virology 2000;62:450-455.

Reichen J et al. Hepatitis B Virusinfektion: Diagnose, klinische Folgen, Therapie und Prophylaxe. PRAXIS 2002;91:307-319.

Dufour R.D. Lott J.A. Laboratory guidelines for screening, diagnosis and monitoring of hepatic injury. Clinical Chemistry 2000;12:1-60.